Contactez-moi pour réserver une pause bien-être au cabinet de réflexologie de Clermont-Ferrand.

Si vous préférez vous pouvez également me joindre au 07.67.99.98.97 ou par mail : aufildesoi63@free.fr.

Q

Contactez-moi pour réserver une pause bien-être au cabinet de réflexologie de Clermont-Ferrand.

Si vous préférez vous pouvez également me joindre au 07.67.99.98.97 ou par mail : aufildesoi63@free.fr.

Q

Comment bien se nourrir ?

 

Comment bien se nourrir semble être une question simple à la réponse plutôt intuitive. Cependant, dans notre société, le sujet de l’alimentation a pris une telle place qu’il est souvent difficile de s’y retrouver…
Entre les publicités (toujours plus attractives) pour la « junk food » et les nombreux conseils d’ « experts » en régime et nutrition, nous sommes submergés d’informations contradictoires. L’alimentation devient tour à tour un refuge, un outil pour contrôler son corps, ou pire, une ennemie. Pourtant, il s’agit avant tout d’une source d’énergie, de nutriments et de vitamines pour notre organisme. Retrouvez dans cet article mes conseils pour retrouver une relation apaisée avec la nourriture et comprendre comment bien se nourrir.

Faire les bons choix pour s’alimenter sainement

 

Dans cet article, je ne vous proposerai donc pas de régimes miracles, mais vous aiderai simplement à comprendre l’importance de la manière dont nous nous alimentons pour être en forme.
L’approche que je vous propose est plus axée sur notre « soi profond » et sur la possibilité offerte à chacun d’écouter son corps et de se nourrir en pleine conscience.
Mon message rejoint l’adage d’Hippocrate, considéré comme le père de la médecine :

 

Que l’aliment soit ton premier médicament.

Hippocrate

Comment bien se nourrir ? Circuits courts et productions locales.

Éviter les aliments ultra-transformés

IIl est important de comprendre l’impact sur votre corps de l’assimilation d’un aliment naturel par rapport à un produit transformé ou ultra transformé.
Un produit naturel, issu d’une chaîne de production courte et locale est beaucoup plus sain et riche en énergie, car l’aliment arrive plus rapidement dans notre assiette. La vitalité passera directement du produit à nous (principe de base de la diététique chinoise).

Pour conserver toutes les propriétés énergétiques de cet aliment, il faut le préparer et le consommer le plus rapidement possible. En effet, le fait même de trancher le légume ou la viande est « une agression » pour le produit. Cette étape doit donc avoir lieu le moins de temps possible avant la cuisson afin d’éviter des déperditions énergétiques.

Revoir son mode de consommation alimentaire

Les boîtes de conserves sont réputées pour leurs maigres qualités nutritives (et parfois gustatives). Le constat est encore pire pour les plats préparés souvent remplis d’exhausteurs de goût et de grandes quantités de sel et sucre.
Mais ce n’est pas forcément mieux du côté des aliments frais… De nombreux fruits et légumes présents dans les rayons des supermarchés renferment des résidus de pesticides. De plus, le bac du réfrigérateur et le passage au congélateur sont énergivores (15 à 20 % de la valeur énergétique des aliments s’envolent ainsi.).

Alors comment conserver toutes les propriétés nutritives de ses aliments ?
En repensant ses modes de consommation. Dans la mesure du possible, privilégiez les marchés, les AMAP (Associations de Maintien pour une Agriculture Paysanne) et les petits producteurs locaux. Ces « fournisseurs » permettent souvent d’obtenir des produits de meilleure qualité. Pour la conservation, à chaque fois que c’est possible, stockez vos aliments dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière.
Le ratio bénéfice/perte à avoir un comportement alimentaire engagé pour sa santé est très positif. Il ne coûte pas forcément plus cher de privilégier de bons produits.

 

Faire le tri dans ses croyances alimentaires pour réhabiliter « l’alimentation vraie »

illustration faire le tri dans ses croyances alimentaires

Croquer dans un fruit frais n’est pas équivalent, en matière de nutrition, à la consommation d’un jus de fruits même de bonne qualité. En effet, en mastiquant, nous ne sommes pas dans une consommation passive. Le message envoyé au cerveau en terme d’alimentation et de satiété n’est pas comparable.

La prise alimentaire n’est pas non plus la même. Nous pouvons manger un fruit en fin de repas ou en collation. En comparaison, un verre de jus de fruit en contient en moyenne 3 avec en bonus l’équivalent de 4 morceaux de sucre.

Attention aux produits allégés

Réhabilitons également le gras ! Il est bien plus sain de consommer un peu de beurre, de l’huile d’olive (base de la cuisine crétoise), de noix ou de noisettes très riches en oméga-3 et 6 que de la margarine allégée.
Tous les aliments lights et transformés constituent une charge de molécules polluantes pour le corps. Celui-ci consomme une énergie conséquente pour les exploiter au lieu d’en tirer aisément un bénéfice.

De plus, le corps n’est pas dupe ! De nombreuses études montrent que l’impact provoqué sur le cerveau n’est pas identique entre un produit « normal » et un « allégé ou modifié ». Le consommateur aura tendance à augmenter la quantité de sa prise alimentaire pour avoir un sentiment de satiété.
Ce phénomène s’accompagne souvent de prise de poids. Mieux vaut consommer un bon carreau de chocolat avec un pourcentage en cacao suffisant plutôt que la pâte à tartiner remplie d’additifs et de graisses saturées.

Les produits laitiers et les protéines animales

Je ne pouvais éluder le cas des produits laitiers. Ils sont importants pour notre squelette osseux, mais peuvent être un fardeau pour notre système digestif et notre peau. Ils sont parfois à l’origine de nombreux maux de tête et d’éruptions cutanées. Chacun pourra ressentir les effets de cette classe d’aliment sur sa santé, et modifier sa consommation en cas de dérèglement interne. Il n’y a pas de réponse générique à la question  « comment bien se nourrir ? ».  Chacun a ses propres besoins et l’écoute de soi est, là encore, une des clés principales pour définir son mode d’alimentation.

En ce qui concerne la consommation de protéines animales, elle a tendance à diminuer au profit des protéines végétales. C’est très bénéfique pour le bon fonctionnement de notre « chaudron interne » (système digestif). L’ assimilation des protéines animales, lorsque la croissance est terminée, est aussi très énergivore et pollue le corps.

L’importance de l’hydratation

Tout le monde prend des douches et se lave les mains régulièrement. L’eau est ainsi indispensable à notre hygiène extérieure. Elle est aussi l’élément essentiel des cures thermales. Mais n’oublions pas que notre intérieur aussi a besoin d’être purifié. Cela passe, par exemple, par l’absorption d’un verre d’eau au réveil.

Buvez de l’eau selon vos besoins, mais sans forcément aller à 1,5 voire 2 litres par jour. En effet, une « surcharge » (avec dilution et déperdition de minéraux essentiels : calcium, potassium, sodium, magnésium) peut avoir un impact sur des reins qui seraient déjà fragiles. Là encore, voyez ce qui vous convient et, en cas de doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

En résumé, buvez suffisamment, mais pas forcément des litres.

Se nourrir en conscience

Comment bien se nourrir ? Pratiquer la pleine conscience

Réinvestir le temps des repas

Lors d’un repas, si simple soit-il, essayez d’être dans « l’ici et maintenant » pour que tous vos sens soient en éveil. Utilisez votre goût certes, mais aussi le toucher, l’ odorat, la vue et même l’ ouïe pour le bruit que fera l’aliment sous vos dents.

La visée de ce test est avant tout de :

  • relever les sensations produites par ce que vous mangez (visu, température, odeurs, souvenirs déclenchés pour la boisson, aspect, texture, sensation en bouche, plaisir, dégoût).
  • Réhabiliter  l’intérêt du repas et l’ambiance de ce moment particulier (pour que tout ne reste pas bloqué sur l’estomac.) Pour maximiser votre bien-être, n’hésitez pas à développer votre pensée positive au quotidien.
  • Jouer le jeu de la mastication. On recommande idéalement 20 mouvements pour qu’une bouchée soit « engluée de salive » et plus facilement ingérable. Combien de mastication faisons-nous en réalité ?

Lâcher prise sur l’alimentation

Bien se nourrir passe donc également par la « tête » . Lors du repas, l’état d’esprit est primordial, arrêtons de nous punir en interdisant certains aliments en raison de leurs calories trop élevées.  Au contraire, multiplions les variétés d’aliments choisis dans l’élaboration de nos menus. Les pauses douceurs peuvent tout à fait faire partie d’une alimentation équilibrée. Là aussi, soyez à l’écoute de vos envies tout en essayant de prêter attention à la qualité des aliments.

Dans un pays, réputé pour sa gastronomie, profitons-en, mais en TOUTE CONSCIENCE. Vous constaterez alors que manger ne sera plus pareil pour vous. Votre corps saura ce qui est bon pour lui.

 

 

Mon rôle n’est pas de faire de la promotion pour un quelconque commerce, mais de vous apporter un éclairage pour qui vous puissiez de vous-même répondre à la question « comment bien se nourrir ? ». Cependant, le sujet de l’alimentation est tellement vaste que mes propos seront forcément tronqués.
Si le sujet vous intéresse particulièrement, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me parler de vos remarques lors d’une séance de réflexologie au cabinet de Clermont-Ferrand. Je pourrai ainsi mettre à jour l’article selon vos attentes.

Sources :

https://www.clcv.org/nutrition-sante/combien-de-sucre-dans-un-jus

Sources & suggestions de lecture pour approfondir le sujet :

 

  • La Madeleine de PROUST,
  • « Maigrir sans régime » du Dr Jean-Philippe ZERMATI ,
  • « La diététique du Tao » par Philippe SIONNEAU et Richard ZARGORSKI

    Et pour des petites douceurs de qualité, à Châtel-Guyon, près de Clermont-Ferrand : https://www.facebook.com/corinnevalleixpatisserie/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.